Mieux comprendre son cycle d’ovulation

ovulation

En général, 20% des couples font face à certaines complications pour concevoir un enfant car les rapports sexuels féconds ne sont pas faits pendant les périodes les plus propices. Cependant, il est essentiel de maîtriser son corps pour tenter ou au contraire éviter de tomber enceinte. Dans ce contexte, comment comprendre au mieux son cycle d’ovulation ?

Les notions importantes

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de connaître au préalable les notions importantes sur le cycle d’ovulation. Tout d’abord, le cycle féminin commence le 1er jour des règles et finit le 1er jour des menstruations suivantes. Pour illustrer, si les règles débutent le 2 du mois et que les règles d’après commencent le 30 du mois, le cycle de la femme dure donc 28 jours. A noter que trois phases composent le cycle menstruel : la phase folliculaire, l’ovulation et la phase lutéale.

Par ailleurs, l’ovulation désigne la phase où l’ovocyte ou ovule est expulsée par l’ovaire, montrant ainsi qu’elle est prête à une fécondation avec un spermatozoïde pour donner naissance à un embryon. Il s’agit d’un processus physiologique régulier qui commence à la puberté et se termine à la ménopause. A ce stade, les ovaires s’arrêtent de produire et la femme ne connaît plus ni ovulation ni menstruation. Ceci dit, tant que la femme n’est pas ménopausée, l’activité des ovaires continue et la grossesse peut survenir. L’ovule vit approximativement entre 12 et 24 heures après son expulsion de l’ovaire. Après un rapport sexuel fécond, les spermatozoïdes se logent dans le col de l’utérus et peuvent féconder pendant 3 à 5 jours. A ce sujet, plus d’informations sont visibles sur le site www.parents-heureux.fr.

Divers symptômes apparaissent pour montrer que la femme se trouve en période d’ovulation. Elle ressent entre autres une tension au niveau des seins. Puis, une douleur de l’abdomen survient du côté de l’ovaire libérant son ovocyte. Ensuite, des glaires cervicales et des sécrétions vaginales apparaissent durant deux ou trois jours. Enfin, vous remarquerez que la sensation de la libido augmente considérablement. Toutefois, l’absence de ces quatre symptômes ne signifie guère que vous n’êtes pas en période d’ovulation.

Les différents types de cycle d’ovulation

Dans un premier temps, la connaissance du cycle menstruel est primordiale afin de déterminer combien de temps faudra-t-il pour tomber enceinte. Les cycles peuvent être regroupés en quatre catégories : court, normal, plus long et irrégulier.

Concernant le cycle normal, il dure en général 28 jours. Si vous avez cette chance, alors votre date d’ovulation se situe le 14ème jour dudit cycle. Pour le cycle court avoisinant les 21 jours, la date d’ovulation se produit le 7ème jour à partir du 1er jour des menstruations. Pour calculer la date d’ovulation, vous soustrayez 14 à la durée du cycle menstruel. Par exemple, si votre cycle a duré 25 jours, l’ovulation s’est donc produite le 11ème jour (25-14=11). En ce qui concerne les cycles plus longs c’est-à-dire supérieurs au cycle normal, il suffit d’appliquer la même règle. Ce troisième cas dure généralement 32/33 jours. Pour illustrer, si le cycle dure 32 jours, l’ovulation intervient donc le 18ème jour (32-14=18). Enfin, force est de constater qu’il n’existe aucun calcul fiable pour les cycles irréguliers car la date d’ovulation diffère d’une personne à une autre, d’une période à une autre.

Déterminer précisément sa date d’ovulation

Si vous voulez savoir exactement quand interviendra votre date d’ovulation, trois possibilités s’offrent à vous. La première méthode nommée test d’ovulation est la plus fameuse et la plus sûre. Commercialisé en ligne et en pharmacie, le test d’ovulation dégagera le taux d’hormone lutéinisante en croissance lorsque l’ovulation approche, et ceci grâce à un prélèvement d’urine.

D’autre part, certaines usent d’un calendrier de fertilité pour effectuer un calcul rapide de la date d’ovulation.

Enfin, la troisième méthode se caractérise par la courbe de température jugée fastidieuse mais qui a fait ses preuves sur le long terme. De manière plus concrète, il vous faudra noter tous les jours votre température. Cette dernière se trouve normalement entre 36 degrés et 36.7 degrés, ce qui reflète en gros la maturation de l’ovule. Lorsque votre cycle arrive à mi-chemin (moitié), votre température prend quelques 10èmes de degrés en plus et stagne au-dessus de 37 degrés jusqu’à ce que le cycle finisse. Ce changement de température illustre que votre ovulation s’est bel est bien produit. Après l’utilisation fréquente de cette méthode, il vous est désormais possible d’anticiper l’ovulation.

La période idéale de fécondité

Si vous souhaitez avoir un bébé, sachez que le moment le plus favorable se situe avant et juste après la période d’ovulation. En d’autres termes, il s’agit de la période entre le troisième jour avant l’ovulation et les 24 heures après cette phase. Si on prend l’exemple d’un cycle normal de 28 jours, les jours propices pour féconder se trouve alors entre le dixième et le quinzième jour du cycle. Dans le cas des cycles de moins de 21 jours ou plus de 35 jours, ce mode de calcul ne tient pas.

Quand passer du pédiatre au médecin généraliste ?
biberon d’allaitement : comment bien choisir ?